Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 22:29


L'Orchestre Symphonique de Pontarlier a, en cette année 2009, un siècle d'existence. Un siècle qui se fête et sera marqué, entre autres manifestations, par un grand concert donné le 15 mai prochain à la salle Pourny.

 

Au cours du siècle écoulé, on peut ainsi distinguer, en simplifiant, trois grandes périodes épousant le mouvement du siècle.

 

La première nous emmène de sa création à 1935.

L'orchestre, fondé en 1909 par Georges Grandvoinnet, violoniste, et Marie Mourey, pianiste, est au départ baptisé "La Gaîté Pontissalienne".

Comme on est à la Belle Epoque, les programmes sont orientés autour de musiques populaires (marche, valse, mazurka).

 

A partir de 1910, la musique de chambre fait son apparition avec un trio pour violon, violoncelle et piano.

"La Gaîté Pontissalienne" connaît une éclipse pendant la Première Guerre mondiale, les musiciens ayant été mobilisés.

La pianiste, Marie Mourey, relance l'orchestre en 1919, le quittant vingt ans plus tard, en 1939, après avoir participé à presque tous les concerts.

L'activité de l'orchestre reflète l'insouciante légèreté des années 20 et reste orientée, jusqu'en 1935, vers les animations de fêtes, de bals, voire l'accompagnement musical de films muets. Il propose aussi dans son répertoire des morceaux de musique plus traditionnelle.

Un orchestre de jazz, le Brazz Brand, type Ray Ventura, est créé la même année par 11 musiciens issus de l'orchestre.

 

La deuxième période s'observe de 1935 à 1950.

Elle s'ouvre sur le bel élan impulsé par l'arrivée d'un jeune chef d'orchestre, Marc Giroud.

Sa disparition prématurée est suivie de moments difficiles, liés à la seconde guerre mondiale, l'occupation, puis la dissolution de "La Gaîté" en 1949.

Sous la direction de Marc Giroud, professeur de musique et directeur de la société symphonique, "La Gaîté Pontissalienne" revient à un répertoire plus. Malheureusement, rongé par la maladie, Giroud meurt en 1938 à l'âge de 29 ans.

Ce décès, la guerre, l'occupation n'arrêtent pas totalement les prestations de "La Gaîté". Elle participe à la fête annuelle des écoles publiques en 1938, offre son concert traditionnel en 1939, l'orchestre ayant été repris par Louis Maufroy

Il faut cependant attendre l'arrivée d'Elie Dupont pour donner une nouvelle vie à "La Gaîté". Ce dernier est né en Belgique, à Tournai, le 23 septembre 1921. Diplômé du Conservatoire Royal de Bruxelles, il reçoit en 1945 le premier prix de Violon-Solfège et est violoniste à Radio Strasbourg de 1946 à 1948.

Décidant de se consacrer à l'enseignement, il est recruté en 1948 comme professeur d'Education musicale dans les écoles primaires de la ville de Pontarlier (1948-1976). Outre ses activités professionnelles, Elie Dupont se consacre à l'animation musicale pontissalienne, soutenu et aidé par Michel Malfroy, premier violon.

 

"La Gaîté", dissoute en 1949, renaît à son initiative en 1950, participe à la Fête des Mères, au 14 juillet, à divers concerts et aux spectacles de l'Association Laïque.
C'est en 1960 qu'elle devient " La Société Symphonique ".
Ses programmes, tout en conservant un répertoire allant du classique au contemporain (Mozart, Beethoven, Ravel, Fauré ...) sont plus ouverts aux nouveautés et aux solistes.

L'Ecole de Musique, qui est son oeuvre, devient vraiment le creuset de la culture musicale pontissalienne, formant des élèves dont certains réussiront brillamment dans des carrières musicales professionnelles.

Après le départ en retraite de M. Dupont, 1980-1987 est une période de transition. La vie de la Société se poursuit sous la houlette de jeunes musiciens locaux comme Claude Barbezat, Bernard Dequéant, et de directeurs du Conservatoire tels J.J. Samson et C. Falligan de Vergne.

Depuis 1987, Pierre Tréfeil, ancien élève d'Elie Dupont, assure la direction de La Société Symphonique qui devient en 1993 L'Orchestre Symphonique de Pontarlier.

Professeur de violon et d'alto, il mène parallèlement une carrière de chef d'orchestre, ayant obtenu en 1997, à Lausanne, un diplôme de direction dans la classe de Hervé Klopfenstein.

Il dirige présentement l'ensemble à cordes Ariolica, qu'il a créé en 1977, l'ensemble orchestral de Champagnole, l'orchestre du pays de Gex et l'orchestre de Meyrin-Genève.

 

Pour conclure

Il est rare qu'une ville de moins de 20 000 habitants ait un orchestre de cette importance et de cette qualité. Ses dirigeants se sont toujours attachés à associer aux musiciens professionnels des musiciens amateurs de tous âges et de toutes catégories sociales. Ils travaillent en parfaite collaboration avec l'Ecole de Musique, les autre sociétés musicales et les chorales de la ville. Ils ont enfin réussi à tisser des liens étroits avec la Suisse voisine.
En témoigne le concert qui sera donné le 15 mai prochain.
Le triple concerto de Beethoven sera interprété par trois artistes de Lausanne.
Quant à la 9ème symphonie, elle sera interprétée par 300 exécutant comprenant La Campanelle de Pontarlier, le choeur Schütz de Besançon, la chorale de l'Université de Neuchâtel et les orchestres symphoniques de Besançon et Pontarlier.


Didier GALLINET-Michel MALFROY-Bernard OLIVIER


 Retrouvez chaque mois les informations de l'association à travers la Lettre des Amis du Musée   : http://www.admdp.com/web/presenta/let_rec.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by Pontus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Pontus
  • Le blog de Pontus
  • : Pontarlier (Doubs) un historique de la ville du début du XIX jusque vers le milieu du XX siècle ses monuments municipaux, religieux, industriels, militaires, ...
  • Contact

Texte Libre

Des images et des commentaires proviennent du NET au fil de mes recherches.
Ils sont en principe libres de droits.
Si toutefois ce n'était pas le cas je les supprimerais immédiatement.


merci de m'en informer

mes recherches

je souhaite retracer dans ce blog :
     - l'historique des bâtiments municipaux, religieux, industrels, "bourgeois" de la ville de Pontarlier en y associant à chaque fois les conséquencs sur la population locale.
     - l'historique de la vie militaire et les conséquencs sur la population locale.
     - l'historique des distilleries d'absinthe installées sur Pontarlier et sa région immédiate et les conséquencs sur la population locale.
     - les inventaires dans les villages environnants.