Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 18:59

En juin 1940, la Franche Comté fut rapidement envahie par les Allemands, presque sans combats. Venant de Vesoul, les troupes du IIIe Reich arrivèrent à Besançon le 17 juin, puis se rabattant rapidement vers l'est, atteignirent la frontière suisse le 18, dans la région du Russey, coupant ainsi la retraite des forces françaises d'Alsace qui tentaient de gagner le Midi en longeant la frontière.


En 1940, les troupes françaises font sauter le Pont de l'Hôpital à Pontarlier, pour freiner l'avance des armées allemandes. La maison de Georges LANQUETIN, située sur le bord du Doubs, souffre de l'explosion.







Les 15,16,17 juin et jours suivants, on comptabilise à Pontarlier environ 1500 réfugiés (750 hommes, 450 femmes, 300 enfants ) en provenance essentiellement de la Meuse, de Meurthe et Moselle et des Vosges. L’accueil  se fait dans des familles et dans quatre centres d’hébergement : collège, soupe populaire, pensionnat des Augustins et Jeanne d’Arc. A partir de fin juin, ils repartent peu à peu.

Pendant ces pénibles journées, pétrole et carburant sont distribués gratuitement par la Ville aux réfugiés de passage, aux unités françaises qui se replient.

« cinq heures après le passage d’autos mitrailleuses pilotes, la tête de colonne entra dans Pontarlier le 17 juin, vers 11 heures. Une ruée fracassante de motos fonçant vers le pont de l’hôpital qui sauta presque sous leurs roues, puis des files d’hommes casqués le long des murs, tiraillant pour se garantir, mais hélas ! aussi pour abattre. »

Lors de cette journée, douze français sont tués dont trois civils.

La ville est privée d’eau et de gaz par suite de la destruction des ponts. Les quartiers de la ville, rive droite et rive gauche ne sont reliés que par le pont Lagier et la passerelle Baussac. Le marché du jeudi 20 est alimenté par quelques produits des fermes.

La Feldkommandantur s’installe dans l’école de filles (actuelle Bibliothèque Municipale). En juillet 1940 sur la porte St Pierre, la girouette est remplacée par une croix gammée et les mots « République Française, liberté, égalité, fraternité sont effacés.

Des guérites aux couleurs allemandes sont placées devant l’hôtel de la Poste, le Tribunal et l’hôtel de ville.

L’autorité allemande laisse au Maire l’impopularité de faire exécuter les mesures qu’elle impose.

Une des principales préoccupations du Maire, au lendemain de l’invasion allemande de Pontarlier, est de trouver du travail aux chômeurs. A la veille de juin 1940, les finances locales présentent un bilan satisfaisant. Cette situation favorable permet à la veille d’ouvrir dès le 18 juin des chantiers, municipaux de chômage pour reconstruire mais également pour réaménager.

En juillet 1940, 491 chômeurs sont employés sur les chantiers. Un an après, ce chiffre descend à 95 chômeurs. Cette diminution est associée à la reprise de crtaines usines et au départ à la campagne d’une partie de la main d’œuvre. En hiver, le chômage augmente à nouveau à cause des intempéries.

 

Durant l'occupation, la Franche-Comté fut une des contrées d'élection de la Résistance. A partir du 6 juin 1944, et du débarquement des forces alliées en Normandie, l'action de la Résistance entra dans une phase militaire active. Les maquis, organisés dans les montagnes, attaquèrent et harcelèrent les convois ennemis. Les maquisards, renforcés de nouvelles recrues, s'attaquèrent même aux camps allemands de Marsonnas et de Mantenay-Montlin, dans l'Ain, et l'action des patriotes prit l'aspect d'une véritable insurrection. C'est ainsi que toute une zone du département de l'Ain, située entre le Revermont, le pays de Gex et la cluse des Hôpitaux, s'érigea en IVe République du 6 juin au 13 juillet; les Allemands durent envoyer pour reprendre cette région l'effectif d'une division. De même, dans le Doubs, le Groupe Doubs-Nord entra en action dès le 8 juin sur le plateau de Maiche et, en moins de deux mois, libéra par ses seuls moyens tout le territoire entre le Doubs et le Dessoubre. Dans la même région, la montagne du Lomont fut solidement tenue, à partir du 15 août, par les FFI qui résistèrent à toutes les attaques allemandes jusqu'à l'arrivée de l'armée de Lattre de Tassigny, le 6 septembre.

 

Dans les derniers jours d'août et les premiers jours de septembre 1944, toute la région montagneuse de la Franche-Comté avait été libérée par les FFI dès avant l'arrivée de la 7e armée américaine à laquelle était incorporée l'armée de Lattre.

 

 

 

Pontarlier est libéré le 5 septembre 1944 par la 3e DIA,(Division d’Infanterie Algérienne- La 3eDivision d'Infanterie Algérienne est constituée en1943 (dissolution le 15 avril 1946) qui fait partie des troupes débarquées en Provence.

 

Pour mémoire :

Besançon est libéré le 8 septembre 1944

Paris est libéré le 26 août 1944



Oublié, mais pas de tout le monde. Un notaire de Pontarlier, surnommé le "gauleiter du Haut Doubs", écrit au journal collaborateur "Le Pilori" : "Je soutiens votre courageux combat  ROSE, ancien maire, FOURNERET, sauveur de Léon BLUM, LANQUETIN, du cabinet de Salengro…". Trois des cinq personnes dénoncées dans cette lettre mouront en déportation. A la Libération, le dénonciateur a été puni (??) par six mois d'interdiction de droits civiques et a repris son activité dès décembre 1945... Douce France ....

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gérard Fesselet 15/07/2011 10:10


Bonjour, vous écrivez ceci :

"En juin 1940, la Franche Comté fut rapidement envahie par les Allemands, presque sans combats. Venant de Vesoul, les troupes du IIIe Reich arrivèrent à Besançon le 17 juin, puis se rabattant
rapidement vers l'est, atteignirent la frontière suisse le 18, dans la région du Russey, coupant ainsi la retraite des forces françaises d'Alsace qui tentaient de gagner le Midi en longeant la
frontière."

Ma grand'mère a été tuée au Russey le 18 juin par les Allemands. Je recherche des informations sur cet événement. Quelles troupes allemandes étaient concernées ? Comment un soldat peut-il en
arriver à tirer sur une femme en traversant un village ? Avez-vous des informations sur les civils tués le 18 juin 1940 au Russey ? Merci d'avance, bien cordialement, Gérard Fesselet


Présentation

  • : Le blog de Pontus
  • Le blog de Pontus
  • : Pontarlier (Doubs) un historique de la ville du début du XIX jusque vers le milieu du XX siècle ses monuments municipaux, religieux, industriels, militaires, ...
  • Contact

Texte Libre

Des images et des commentaires proviennent du NET au fil de mes recherches.
Ils sont en principe libres de droits.
Si toutefois ce n'était pas le cas je les supprimerais immédiatement.


merci de m'en informer

mes recherches

je souhaite retracer dans ce blog :
     - l'historique des bâtiments municipaux, religieux, industrels, "bourgeois" de la ville de Pontarlier en y associant à chaque fois les conséquencs sur la population locale.
     - l'historique de la vie militaire et les conséquencs sur la population locale.
     - l'historique des distilleries d'absinthe installées sur Pontarlier et sa région immédiate et les conséquencs sur la population locale.
     - les inventaires dans les villages environnants.